article-nord-eclair

Un an après la mise en place du dispositif « Voisins vigilants » par la Ville, l’adjoint au maire en charge de la sécurité, François Mortier, dresse un bilan positif. Mais, avec seulement 215 inscrits depuis octobre dernier, peut-on vraiment parler de réussite ?

726044290_B976533114Z.1_20150914182007_000_G9L56F7KN.1-0

Le dispositif « Voisins Vigilants » mis en place par la Ville soufflera sa première bougie dans un mois. L’adjoint au maire en charge de la sécurité, François Mortier, parle déjà d’une réussite.

Pourtant, sur les 13 000 habitants que compte la ville, seulement 215 personnes se sont pour le moment inscrites sur la plate-forme qui permet à tous les adhérents d’être informés d’une situation inhabituelle dans leur quartier. «  C’est déjà pas mal pour un début, ce sont 215 nouvelles sources d’information que nous n’avions pas avant cela… Le but est évidemment de mobiliser le plus de Lyssois possible, ce qui nous permettrait d’être plus efficaces dans notre lutte contre les cambriolages. Mais soyons patients », estime le chef de la police municipale, Christophe Corne, qui affirme également, sans pouvoir nous livrer de chiffresqu’«  une baisse des vols par effraction a déjà pu être constatée durant l’été grâce notamment à ce dispositif  ».

La police municipale au centre du dispositif

Ce dernier se félicite également de la collaboration menée avec ces 215 adhérents : «  Nous entretenons des rapports différents avec la population. Grâce à cela, elle nous sollicite beaucoup plus souvent. J’ai l’impression que nous avons réussi à recréer un lien de proximité avec les riverains.  »

Contrairement à d’autres villes qui ont choisi de rejoindre le dispositif malgré l’absence d’une police municipale dans leur commune, – Leers par exemple –, Lys-lez-Lannoy, elle, s’appuie principalement sur ses huit policiers pour faire tourner la machine. «  Je ne vois pas très bien comment ce dispositif peut fonctionner sans police municipale. Nos huit policiers contrôlent la plateforme. Cela évite notamment les dérapages. Plusieurs fois, ces derniers ont convoqué des voisins vigilants pour leur rappeler les règles  », précise l’élu.

Lionel Roche, qui a choisi d’être référent « Voisin vigilant » de son quartier (il est chargé d’animer la communauté), fait partie selon la Ville des bons exemples à suivre : «  Je considère que nous sommes simplement un outil supplémentaire pour la police. Nous ne sommes finalement qu’une courroie de transmission d’informations. Rien de plus.  »

Merci à Nordéclair pour cet article !

Pour rejoindre Voisins Vigilants, inscrivez-vous sur www.voisinsvigilants.org et intégrez la communauté de votre quartier !