Aujourd’hui, l’isolement des personnes âgées est de plus en plus criant, et ce aussi bien en ville qu’en milieu rural… Comment ces hommes et ces femmes en arrivent à un tel délitement du lien social ? A notre échelle de simple voisin que pouvons-nous faire pour y remédier ?

01solitudesenior-1050x700

« Mes enfants je ne les vois pas. Ils sont loins et de toute façon ils me prennent pour un meuble », déclare une veuve résidant en logement social. Une autre retraitée, quant à elle, confie : «Je ne parle à personne. Et puis, je ne veux pas déranger les autres avec ma tristesse et donc je ne peux pas m’exprimer et leur dire ma solitude ». Si ces Temoignages font froid dans le dos, ils sont d’autant plus préoccupants qu’il ne s’agit pas de cas isolés, bien au contraire.

Dans le cadre de son enquête 2014, la Fondation de France a mis en lumière un phénomène de société alarmant : l’isolement chez les personnes âgées devient de plus en plus récurrent et révèle un effritement des liens sociaux mais aussi une difficulté à se sociabiliser avec son entourage. Il y a des personnes qui n’ont que pour seule compagnie la télévision ou la radio et ça s’arrête là…

En juillet 2014, la population comptait 5 millions de personnes isolées et de plus de 75 ans. 60% d’entre elles se sentent seules. Ce fait s’explique par la longévité de la durée de vie. En effet, aujourd’hui les personnes vivent de plus en plus longtemps. Du coup, l’âge peut provoquer l’isolement avec la perte du conjoint, la perte des amis, l’éloignement de la famille proche, la perte d’autonomie, la perte de revenus mais aussi par l’absence d’un réseau de voisinage… Tout conjugué, cela entraîne un replis inévitable sur soi. 

On ne connaît plus ses voisins de paliers

On constate une dégradation des liens sociaux de proximité quelque soit la tranche d’âge. 36 % des personnes interrogées ont peu ou pas de contact avec leurs voisins et la moitié jugent difficile ou très difficile de se faire des amis autour de chez eux. « Il y a un vrai délitement du lien social, notamment en ville. Il y a de plus en plus de personnes âgées qui n’attendent plus que le facteur, qui n’apporte que des factures.

Ayant des difficultés à établir un lien social, un nombre croissant d’individus s’organisent de manière exclusive autour d’un seul réseau de sociabilité (sont comptabilisés le réseau familial, amical, professionnel, affinitaire et de proximité), ce qui fragilise d’autant plus l’individu qui peut alors plus facilement basculer dans l’isolement.

Dans sa rue, dans son immeuble, nous savons qu’il y a une personne âgée isolée qui y habite. Que pouvons-nous faire pour briser la glace ? 

La première chose à faire est de dire bonjour à son voisin, sa voisine, lui demander comment il ou elle va. Passé ce premier contact, il est par exemple possible de lui rendre régulièrement visite, de l’accompagner chez le médecin, de lui faire ses courses, de promener son animal de compagnie, de l’inviter à prendre le thé… Le tout est de remettre un peu de citoyenne au cœur de la vie de tout le monde.

Vous avez un peu de temps disponible, vous souhaitez vous impliquer dans un projet de solidarité ?

La plateforme Voisins Vigilants met en contact les voisins. Elle peut vous aider à vous organiser entre voisins pour aider les personnes âgées et isolées : rendre une visite régulière, un petit coup de fil hebdomadaire pour bavarder, une visite improvisée, une invitation à faire une promenade, un petit café… Petit à petit les liens se tissent. Sur le site, il sera possible d’informer que tel jour on va rendre visite à son voisin âgé qui ne peut plus faire ses courses, et signaler sa propre absence lors des congés, afin qu’un volontaire puisse prendre le relais.

Retrouvez la semaine prochaine un nouveau sujet !