Voisins Vigilants, ce n’est pas uniquement veiller les uns sur les autres. La solidarité de voisinage c’est aussi initier l’entraide et la convivialité entre voisins. Nous avons interviewé Guy, le référent d’une communauté de voisins vigilants à Riom dans le département du Puy-de-Dôme, pour laquelle il met toute sa volonté pour créer des liens avec ses voisins.

P1010737

Pourquoi avez-vous décidé de créer une communauté de voisins vigilants ?

Cela fait 40 ans que j’habite le quartier et je croisais quotidiennement mes voisins sans que l’on se dise bonjour. Nous passions les uns à côté des autres sans jamais échanger un mot. D’autres personnes pouvaient décéder dans le quartier sans que nous le sachions alors qu’ils habitaient à 100 mètres de chez nous. Pour moi, cela ne reflète pas l’esprit d’un vrai quartier. L’idée que j’avais, c’était surtout créer un lien avec tous les voisins par un moyen facile et gratuit sans créer une association. C’est là que j’ai entendu parler du dispositif Voisins Vigilants. 

Comment avez-vous mis en place Voisins Vigilants dans votre quartier ?

J’ai parlé du dispositif à quelques voisins qui m’ont suivi dans la démarche. Je me suis donc inscrit sur votre plateforme www.voisinsvigilants.org. J’ai reçu votre kit de bienvenue dans lequel j’ai récupéré vos invitations à distribuer aux voisins et je suis allé taper à la porte de chacun de mes voisins pour expliquer le dispositif et ma démarche. J’ai dû être convaincant puisque dès la première semaine, nous étions une bonne dizaine ! Il aura fallu 6 mois pour être une quarantaine de voisins. Aujourd’hui, nous sommes 75. Par la suite, j’ai organisé des réunions dans des salles que la ville voulait bien nous prêter pour présenter le dispositif et exposer l’idée que je me faisais d’une communauté de voisins.

Aujourd’hui, comment fonctionne votre communauté ?

J’organise les réunions grâce à votre outil La Gazette. Lors de ces dernières, nous faisons un point sur le fonctionnement du quartier et je réponds aux questions de chacun. Les réunions sont ensuite suivies d’un repas que je prépare avec l’aide de quelques voisins. Par exemple, le 23 janvier dernier, nous avons organisé une réunion Voisins Vigilants à laquelle une soixantaine de voisins a participé. Nous avions convenu que chacun donnerait une participation de 15€ : 13€ pour réaliser les courses du repas et les 2€ restants pour collecter une cagnotte et ainsi acheter nos panneaux Voisins Vigilants. Ils me faisaient confiance. Tout est une histoire de confiance. Il savent que l’argent que je récupère je vais le dépenser uniquement pour faire les courses pour le repas des voisins vigilants. Cette réunion avait beaucoup plu. Les habitants du quartier me voyaient dans la rue et me disaientt « Alors Guy, quand est-ce que tu nous organises une nouvelle réunion Voisins Vigilants ? » On ne me le dit pas deux fois puisque le 5 juin 2016 nous allons remettre ça. Nous allons faire un dimanche des voisins vigilants. Il s’agira d’un repas suivi d’une après-midi animation : pétanque, jeux de cartes… Nous avons aussi 6 personnes très âgées qui n’ont ni internet ni téléphone portable. Alors je vais les voir, je mets un mot dans leur boîte aux lettres. Elles ont un téléphone fixe, nous les appelons. Ce n’est pas parce qu’elles sont âgées que nous les laissons tomber. Voilà comment notre communauté conçoit Voisins Vigilants. Alors bien sûr l’aspect « sécurité » est tout aussi important. Nous utilisons beaucoup le système d’alertes par SMS ! Un jour, un voisin me disait « Un homme avait un comportement douteux dans le quartier, nous étions 5 à sortir sur le trottoir pour y jeter un coup d’œil. » Ça marche assez bien, il y a de moins en moins de repérages et il y a une bonne ambiance autour de ça. Dans un premier temps nous avons mis les autocollants Voisins Vigilants sur les boites aux lettres. Nous allons bientôt installer des panneaux et nous espérons qu’à terme, la Mairie deviendra Mairie Vigilante pour appuyer notre démarche et la mettre en place sur l’ensemble de la commune. Ça marche très bien dans notre quartier, alors pourquoi ne serait-ce pas aussi le cas pour les autres quartiers ? Je me porterai bien volontaire pour aider les autres quartiers à se développer et créer des liens. 

Avez-vous une petite anecdote à nous raconter pour finir ?

Lors de notre première réunion, j’avais confectionné des petits badges avec notre nom et prénom à accrocher sur notre tee-shirt. Le but étant de mettre un visage sur un nom. Deux couples se connaissaient de nom, grâce à leurs fils respectifs qui jouaient ensemble dans le quartier, mais ne s’étaient jamais vus alors qu’ils habitent à 200 mètres l’un de l’autre. Ils se sont vus pour la première fois lors de la réunion Voisins Vigilants, 15 ans plus tard ! Les voilà aujourd’hui amis.

Nous remercions Guy pour son témoignage et son implication envers ses voisins !

Qu’il s’agisse d’une anecdote, une histoire à raconter sur votre communauté de voisins, une technique de cambriolage, une solution anti-cambriolage que vous avez mise en place, n’hésitez pas à nous les communiquer en nous adressant un mail à communication@voisinsvigilants.org. Nous serons ravis de vous lire et diffuser vos Temoignages sur notre blog.

Pour rejoindre Voisins Vigilants, inscrivez-vous sur www.voisinsvigilants.org et intégrez la communauté de voisins de votre quartier !